\n

L’Hirondelle

hirondelles

Regarde passer l’hirondelle
Qui s’élance sous le ciel gris alsacien.
La voyageuse s’héberge sous un toit.
Chaque printemps, elle vient y faire son nid,
Vient y élever ses petits.
Mais pour toi,
Elle est sans nom.

Regarde passer l’hirondelle
Qui rapporte des idées d’endroits lointains,
Et les amasse dans son petit nid.
Mais toi, là-bas, derrière ta fenêtre,
Tu ne sais pas d’où elle vient,
Où elle va,
Elle est sans nom.

Regarde passer l’hirondelle
Tu l’as chassée de chez toi l’an dernier
Désireux de nettoyer ton mur gris.
Tu as brûlé son joli petit nid,
Détruit tous ses beaux petits.
Car pour toi,
Elle est sans nom.

Regarde passer l’hirondelle
Que tu chasses souvent et qui revient.
Le ciel de ses ancêtres et des tiens
La ramène chaque année faire son nid.
Cette fois, à la fenêtre du voisin.
Elle passe,
Elle est sans nom.

Regarde passer l’hirondelle
Qui a croisé Rashi de Troyes,
Mémonide de Cordoue,
Qui te sont tous inconnus:
Tes livres d’histoire sont épurés.
Toi, tu effaces leur passage. Pour toi,
Ils sont tous sans nom.

Sacramento, 1998
Simone Monnier Clay